Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 10:52

 Projet d'aéroport : la contre-étude des élus

jeudi 27 octobre 2011

aeroport.JPG

·          


« Le maintien de l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique coûterait moins cher et se traduirait par un bénéfice global pour la collectivité », conclut le cabinet néerlandais.

Archives Franck Dubray

 

 Un cabinet européen conclut à l'intérêt de conserver l'actuel aéroport de Nantes-Atlantique. L'étude a été financée par les élus opposés à la réalisation du nouvel équipement de Notre-Dame-des-Dames.

Pourquoi ? Comment ?

Qui a réalisé l'étude ?

Les élus opposés au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (20 km au nord-ouest de Nantes) se sont cotisés pour financer une contre-étude. Le collectif, qui revendique un millier d'élus de tous bords, s'est adressé au cabinet européen CE Delft, basé aux Pays-Bas. Expert en matière d'impacts environnementaux et économiques, ses travaux ont contribué à l'abandon du projet de troisième piste à Londres-Heathrow. Le budget (20 000 €) était compté : le cabinet ne donne pas des chiffres précis, mais « des bonnes estimations ».

Que disent les experts néerlandais ?

En 2006, l'État s'était appuyé sur une comparaison coûts/bénéfices. L'étude économique globale concluait à l'intérêt du projet pour la collectivité. Le cabinet la met en pièces. « Il relève des erreurs, des approximations, des omissions, un non-respect des directives, le tout basé sur un scénario débordant d'optimisme », notent les élus. Hier, devant élus et responsables économiques (dont des représentants de Vinci), l'un des auteurs de l'étude, Jasper Faber, a pointé des lacunes.

Manquent ainsi les éventuels dépassements des coûts de réalisation, la facture de la liaison tram-train, la gestion de l'eau et les risques d'inondations dans un secteur très humide. Rien, non plus, sur la démolition de l'actuelle plateforme aéroportuaire ou encore le maintien de sa piste pour l'usine Airbus, etc. En revanche, les bénéfices du gain de temps ont été surévalués. Au final, les corrections apportées par le cabinet débouchent sur un bilan négatif pour la société.

Et Nantes-Atlantique ?

L'État n'a jamais voulu étudier l'optimisation des installations actuelles de l'aéroport. Seuls les services du conseil général de Loire-Atlantique estimèrent le coût d'une nouvelle piste à Nantes-Atlantique. Devant cette lacune, le cabinet propose des scénarios qui intègrent la desserte par le train de l'actuel aéroport, une voie ferrée passant déjà tout à côté de l'aérogare.

Si « la capacité de la piste est loin d'être atteinte », le rapport propose d'améliorer celle du terminal. Il programme dans le temps son agrandissement, ainsi que l'extension des parkings. L'implantation d'un système radar local et des taxiways rapides réduiraient le temps entre deux avions.

Un scénario intègre, en plus, la création d'une nouvelle piste, transversale. À l'horizon 2023, elle remplacerait la piste actuelle, ce qui diminuerait le bruit au-dessus de Nantes. « Dans tous les cas, le maintien de Nantes-Atlantique coûterait moins cher et se traduirait par un bénéfice global pour la collectivité », conclut Jasper Faber.

Trop tard ?

La construction des premiers accès routiers doit débuter fin 2012. N'est-il pas trop tard pour tout reprendre ? « Il n'est jamais trop tard, on l'a vu avec de nombreux dossiers, répond le sénateur écologiste Ronan Dantec. Ce travail démontre que l'étude de l'État n'était pas sérieuse et que le dossier a été gonflé. » S'appuyant sur ces résultats, les opposants vont demander de nouvelles études et l'annulation de la déclaration d'utilité publique.

Marc LE DUC.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Protection et défense de Lann-Bihoué
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Protection et défense de Lann-Bihoué
  • Contact

Recherche

Archives