Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 11:29

Ouest-France / Bretagne / Lorient / A la une de Lorient

La piste de Lann Bihoué est très fatiguée

jeudi 10 février 2011

La chambre de commerce pourra-t-elle encore longtemps gérer l'aéroport. Depuis l'été, les avions de plus de 180 passagers sont interdits. Le président de la CCI s'interroge.

La piste principale de l'aéroport de Lann-Bihoué (trafic civil et militaire) est très, très, fatiguée. « Il faudrait entamer de gros travaux de réfection. Or, l'État nous a fait savoir que cela ne faisait pas partie de ses priorités financières », a résumé hier Jean-François Le Tallec, président de la chambre de commerce, à l'occasion du bilan d'activités des équipements gérés par la CCI.

« Notre chambre n'a ni les moyens ni la compétence pour engager les travaux. » Et comme Lann-Bihoué est propriété de l'État, la Région ne peut pas, à la différence de Brest, intervenir sur le site. Du coup, les compagnies sont contraintes d'adapter le poids de leurs avions à la piste. Ce sont des petits modèles qui s'envolent vers Paris ou Lyon. Les avions militaires (Atlantique, Hawkeye, Falcon) sont également assez légers pour se poser sans encombres.

« Obligés de signer une dérogation »

Mais pour les gros-porteurs, c'est terminé. « Depuis l'été dernier, l'aéroport est interdit à tout avion, de type Airbus ou Boeing, apte à embarquer plus de 180 passagers. » Du coup, explique le président « nos capacités à augmenter nos offres commerciales sont limitées. »

Exemple avec les charters. « Nous travaillons avec Look Voyages. Dix vols sont prévus vers la Grèce, la Tunisie, entre le 1er mai et le 15 octobre. Mais c'est compliqué. L'agence de voyage doit trouver les avions les mieux adaptés et à chaque fois, il faut que je fasse une demande de dérogation auprès du commandant de la base aéronavale. S'il y avait le moindre problème, ce serait de la responsabilité de la CCI. »

Jean-François Le Tallec ne mâche pas ses mots. « Si l'État n'intervient pas, nous tenterons, vaille que vaille, de gérer l'aéroport pour poursuivre les liaisons avec la capitale et Lyon, car elles sont indispensables à la vie économique du pays de Lorient. Mais quand arrivera, d'ici cinq à six ans, la ligne de train à grande vitesse qui raccourcira le temps de trajet entre Paris et Lorient, nous réviserons notre position. »

 

Françoise ROSSI.

Partager cet article

Repost 0
Published by Protection et défense de Lann-Bihoué
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Protection et défense de Lann-Bihoué
  • Contact

Recherche

Archives